Château des Adhémar / Musée Saint-Martin

Une exposition, deux lieux

L'exposition collective Pop art, voir plus..., fruit d'une collaboration entre le château des Adhémar et le musée Saint-Martin, présente les figures majeures du Pop art, courant populaire né dans les années 50 aux États-Unis et en Angleterre. À leurs côtés sont exposées des oeuvres d'artistes contemporains, héritiers de ce mouvement emblématique de l'histoire de l'art.

Incarné par le célèbre américain Andy Warhol, et visant à rendre accessible l’art au plus grand nombre en traitant de sujets d’actualité, le Pop art a marqué le déclin de l’art conceptuel ou minimaliste. Il reste le mouvement-reflet de la vitrine capitaliste et ne s'est, techniquement et esthétiquement, jamais terminé.

Rencontre avec Richard Orlinski

L'artiste français contemporain le plus vendu au monde présente ses sculptures au centre-ville de Montélimar.

Mardi 10 octobre 2017 à 15h30 au musée d'art contemporain Saint-Martin Gratuit sur réservation au 04 75 91 83 64

©Patrick Gardin

Visite de l'exposition par le commissaire de l'exposition Thomas Wierzbinski

Mardi 10 octobre à 18h au château des Adhémar et à 19h au musée d'art contemporain Saint-Martin

Tarif : 6€ / réduit 4€ / Gratuit moins de 18 ans

 

©Patrick Gardin
©Patrick Gardin

Les artistes exposés au château

Frédéric Bouffandeau

Né en 1970, France
Cela fait une vingtaine d’années que Frédéric Bouffandeau travaille sur la répétition d’une forme florale qu’il décline à l’infini. Véritable matrice de création perpétuelle, elle prend vie dans l’atelier de l’artiste chaque jour sans jamais appeler à la monotonie. La démultiplication des médiums, supports, séries, couleurs, est vitale à ce processus de création revendiqué par l’artiste comme joyeux et dynamique.


Nicolas Saint Grégoire

Né en 1983, France
La lumière est au centre de l’oeuvre de Nicolas Saint Grégoire. Que ce soit dans les portraits lumineux des débuts de sa carrière ou dans ses oeuvres les plus récentes comme celles inspirées des robes d’Yves Saint Laurent, il ne cesse d’explorer les possibilités de la lumière électrique comme matériau impalpable mais non moins essentiel à son art.

© Nicolas Saint Gregoire, Louboutin, 2014

Les artistes exposés au musée Saint-Martin

Andy Warhol (1928 - 1987) États-Unis

Publiciste mondain et excentrique, Andy Warhol a marqué l’art contemporain. Ses sérigraphies de vedettes de cinéma ont fait le tour de la planète. Figure de proue du Pop art, il a compris, avant beaucoup, l’importance de l’image dans la société de consommation.

Keith Haring (1958 - 1990) États-Unis

Né en 1958 en Pennsylvanie, Keith Harring est un artiste dessinateur considéré comme une figure incontournable de l’art contemporain. S’illustrant notamment au travers du street art, le style Harring consiste en des dessins aux traits rapides, dont la simplicité des formes contraste avec la profondeur des messages qu’elles transmettent.

Jean-Michel Basquiat (1960 - 1988) États-Unis

Ce peintre américain est un pionnier de la mouvance « underground », issue du courant expressionniste des années 1980. Sur les pas de Dali et Picasso, il fonde un genre nouveau, alliant écritures et collages. Graffeur puis peintre sur panneaux, il collabore avec le maître du Pop art Andy Warhol, avant de disparaître subitement à l’âge de 27 ans, le 12 août 1988, à New York.

Bernard Rancillac (1931 - ) France

Il se distingue par un ton nouveau de verdeur, de franchise graphique et de liberté, qui conjugue l’héritage de COBRA et les premières aspirations de ce qui deviendra le Pop art. Rapidement, son style évolue dans l’esprit de la bande dessinée, à laquelle il emprunte, à la suite de J. Johns, Rauschenberg, Lichtenstein et Warhol, ses effets de découpage et même ses personnages.

Peter Stämpfli (1937 - ) Suisse

Si ses pneus en gros plan ont fait le tour du monde, le suisse Peter Stämpfli a su construire en un demi-siècle une oeuvre qui déborde cette icône du Pop art. Formé par un élève d’André Lhote, il croise l’abstraction américaine à la fin des années 1950 et s’en détache très vite. La peinture figurative recule, il s’y cramponne et la renouvelle. Vers 1965, son style, marqué par le graphisme de la publicité et le dessin industriel, comme celui de Lichtenstein, commence à s’imposer.

Gudmundur Gudmundsson dit Errò (1932 - ) Islande

À Paris, Erró rencontre Brauner, Masson, Max Ernst, Man Ray, Miro, Giacometti, Duchamp, Breton. Volontiers provocant, Erró met en scène aussi bien des despotes que des héros de bandes dessinées ou des dieux de la mythologie gréco-romaine dans un univers plastique pétri d’énigmes. Hitler, Mao et les personnages de Disney se côtoient ainsi dans un climat largement empreint de violence et de sexualité. Héritier de Lichtenstein, Warhol, Fahlström, Roberto Matta et Rosenquist, l’artiste entrelace les styles et les graphismes en multipliant les allégories contemporaines.

© Bernard Rancillac, L'inaccessible, 1992, droits réservés